Un manque d’assurance face à la transformation digitale

06/09/2016, publié par Grégory Krumm

Nouveaux concurrents, nouveaux canaux de distribution, objets connectés et nouveaux produits personnalisés… Alors que leur modèle économique traditionnel est remis en question et qu’ils sont confrontés à une concurrence protéiforme, les assureurs, bousculés de toutes parts, sont contraints de s’adapter à la transformation digitale.

Cinq tendances qui vont bouleverser le secteur

Big data, IoT, blockchain : selon 90 % des assureurs interrogés dans le cadre de l’étude Accenture Technology Vision for Insurance, la transformation digitale de leur organisation va s’accélérer dans les trois prochaines années. Ils ont notamment identifié cinq paramètres décisifs pour l’avenir du secteur :

  • L’exploitation du big data

Collectées en temps réel grâce au boom des objets connectés, les données permettent aux assureurs de mieux connaître leurs assurés actifs mais aussi les profils et besoins de leurs prospects.

  • La montée en compétences digitales des équipes

Confrontés à la difficulté de recruter de nouveaux talents, 75 % des sondés prévoient de travailler avec des start-up dans le cadre de leur stratégie digitale.

  • Le développement d’un modèle de plateforme

90 % des répondants estiment que les modèles de plateforme, qui permettent de réaliser des économies d’échelle, vont devenir quasi-incontournables dans les cinq ans.

  • L’adaptation aux évolutions technologiques

Parmi les tendances qui bousculent les métiers de l’assurance figurent notamment l’Internet des objets, l’économie du partage et la blockchain.

  • La gestion des failles de sécurité

78 % des sondés estiment qu’ils sont exposés à des niveaux de risques supérieurs à ce qu’ils sont en capacité de gérer.

Toutes les précisions ici.

Assurances et objets connectés : les liaisons dangereuses

Les annonces de partenariats entre assureurs historiques, fabricants d’objets connectés et géants du numérique se multiplient. De peur de se faire ubériser, les premiers multiplient les manœuvres pour ne pas rater la révolution 4.0, non sans risques. Cotisation variable en fonction de la conduite, de l’hygiène de vie, de l’activité physique… Voilà le credo de modèles assurantiels tels que Pay how you drive d’Allianz, Vitality de Generali et Modulango d’Axa. Revers de la médaille : ces assurances à géométrie variable, qui préfigurent une assurance sur-mesure, ne sont pas sans danger pour la mutualisation et les expose au spectre d’une nouvelle concurrence.

Pour découvrir l’article, c’est ici.

Transformation digitale : 90 % des assureurs redoutent la concurrence des Insurtechs

Selon une étude de PwC, près de la moitié des assureurs redoutent, dans un environnement de transformation digitale, de perdre une part de leur marché face à l’essor des Insurtechs. Et pour cause : alors qu’ils ont un accès inégalé aux données, les Insurtechs bénéficient de technologies et compétences digitales permettant de les exploiter de manière plus compétitive. Un véritable aiguillon pour l’industrie de l’assurance sur le chemin de l’innovation digitale, qui a désormais tout intérêt à surveiller les nouvelles tendances et avoir un pieds sur des terres d’innovation, nouer des partenariats stratégiques avec les start-up, ouvrir des incubateurs et acheter des Insurtechs ou encore développer de nouveaux produits assurantiels pour faire face au cyber-risque.

Pour en savoir plus, c’est par là.