Entrepreneurs du e-commerce, entreprenez !

19/04/2016, publié par Alain Simon
e-commerce France

À l’occasion du salon e-commerce One to One, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a publié, en liaison avec LSA, les résultats de son enquête sur le moral des e-commerçants français en 2016.

La première analyse que nous pouvons en faire est globalement positive. Malgré un contexte économique incertain, les dirigeants français de sites e-commerce restent très majoritairement confiants :

  • 72 % d’entre eux se déclarent autant ou plus optimistes qu’en 2015 ;
  • 85 % se disent optimistes lorsqu’il s’agit de l’avenir de leur propre entreprise ;
  • 77 % prévoient une augmentation de leur chiffre d’affaires en 2016.

Le développement du e-commerce en France et ce climat de confiance se répercute positivement sur l’emploi.

L’an dernier, plus de la moitié des entreprises françaises interrogées (57 %) ont ainsi vu leurs effectifs augmenter, alors que seuls 48 % d’entre elles prévoyaient d’embaucher au début 2015. Pour 2016, les intentions de recrutement sont encore plus élevées : 52 % des entreprises prévoient une augmentation de leurs effectifs au cours de l’année (75 % parmi celles qui ont embauché en 2015). La prévision nette d’emploi s’établit ainsi à +41 %, contre -2 % pour l’ensemble de l’économie française !

Parmi les priorités d’investissement les plus souvent citées par les e-commerçants, le marketing et la publicité arrivent en tête (66 %), suivis de peu par la relation client (60 %) et l’informatique (60 %). En matière de marketing, l’accent devrait être mis sur le référencement naturel (74 %), l’e-mailing (55 %) et le référencement payant (54 %). À noter la percée du brand content, cité par la moitié des entreprises.

Concernant le développement des canaux, les e-commerçants entendent se concentrer en priorité sur leur site (80 %), le m-commerce (59 %) et les réseaux sociaux (41 %) et ce, quelle que soit leur taille.

Ces investissements devraient être en partie financés par de nouvelles levées de fonds, 65 % des dirigeants interrogés en anticipant d’importantes cette année, contre 48 % l’an dernier. Et plus d’un dirigeant sur deux (57 %) prévoit de nouvelles introductions en bourse.

Et qu’en est-il en matière de supply chain ?

En matière de supply chain, les e-commerçants proposent de plus en plus de modes de livraison. Si la livraison standard à domicile reste le moyen le plus couramment proposé, ils sont 69 % à permettre la livraison en points relais. Parallèlement, 59 % des sites proposent dans certains cas la livraison gratuite (hors retrait en magasin). Parmi les orientations envisagées en 2016 figurent notamment la mise en place d’une offre d’abonnement annuel, de type « Amazon Premium ». Si seuls 10 % des sites interrogés la proposent déjà, ils sont 40 % à prévoir de le faire dans un avenir proche.

Les deux autres modes de livraison qui devraient progresser cette année sont, d’une part, la livraison express (20 % envisagent de la mettre en place et 60 % le font déjà) et, d’autre part, la livraison sur rendez-vous (29 % prévoient de la proposer contre 32 % qui le font déjà) notamment en soirée.

Dernier mode de livraison, le colis-voiturage qui, bien que très peu développé (1 %), séduirait 15 % des sites e-commerce.

Enfin, n’oublions pas l’international

60 % des entreprises déclarent avoir une activité à l’étranger et 7 % se sont développées à l’international en 2015. Dans une large majorité des cas, ce développement se fait à partir de la France (60 %) et de plus en plus via une market place implantée dans le marché local (22 %).

Contrairement aux idées reçues, les sites ne se contentent pas d’un ou deux marchés. La majorité des sites qui exportent sont présents dans plus de 5 pays, la Belgique, l’Espagne et l’Italie arrivant en tête des marchés les plus prisés par les sites français, suivis de l’Allemagne et du Royaume-Uni.

À la lecture de cette étude, il y a lieu de penser que l’avenir sourira aux audacieux et que le champ du possible est large. Entrepreneurs du e-commerce en France, entreprenez !