Big Data : les entreprises passent la seconde

10/03/2016, publié par Grégory Krumm
Big Data

60 % des entreprises estiment avoir une bonne compréhension des apports du big data , selon l’étude Deloitte Data et Analytics 2016 publiée fin janvier. Preuve que la sensibilisation à l’importance de ce patrimoine souvent délaissé ou mal exploité gagne du terrain. Bonne nouvelle : sur fond de digitalisation à marche forcée, cette tendance devrait s’intensifier en 2016.

Voici les 5 principaux enseignements de cette étude, qui confirment des changements significatifs à l’œuvre :

CDO et Data Scientist : de nouveaux rôles-clés à explorer

Le temps est venu pour les entreprises de changer leurs approches de l’usage des données, ce qui favorise l’émergence de nouveaux rôles clés comme le Chief Data Officer (CDO) et le Data Scientist. 71 % des entreprises considèrent qu’il est urgent de renforcer le rôle du premier, qui pilote la stratégie data ; 79 % celui du second, qui créé de l’intelligence à partir de la data. Avec un enjeu de taille : professionnaliser les pratiques de gestion et d’exploration des données.

Données externes, le nouvel Eldorado

L’intérêt pour l’usage de données externes est manifeste : pour près de la moitié des entreprises, il devient prioritaire d’acquérir de plus en plus de données issues du web, des réseaux sociaux, de partenaires ; pour 64 %, de favoriser leurs croisements avec des données internes. Le boom d’Internet et des réseaux sociaux constitue une aubaine pour des entreprises soucieuses de mieux appréhender les attentes de leurs consommateurs, d’anticiper les tendances ou d’évaluer l’impact de leurs stratégies promotionnelles.

La manne des objets connectés

Le boom des objets connectés se double d’une prolifération de données issues de véhicules, d’équipements industriels et autres dispositifs médicaux. Avec, à la clé, une meilleure connaissance des clients permettant de développer de nouveaux services, de mettre en place des programmes de fidélisation ou de recruter de nouveaux partenaires

L’analytique : entre diversification et évolution des usages

Marketing, Finance, RH, Achat… Un temps réservé aux experts, les usages analytiques s’étendant désormais à l’ensemble des fonctions de l’entreprise. De quoi lui permettre de renforcer les facultés d’analyse issues des canaux digitaux (70 %), de faciliter le partage de ces éléments pour tous au sein des différents départements (66 %) et de mettre en place des prévisions statistiques avancées (63 %).

L’enjeu de la protection et de l’usage éthique

Qui dit augmentation des quantités de data et démultiplication des échanges, dit préoccupation croissante en matière de protection et d’usage éthique des données, avec son cortège d’interrogations quant à la nature des données concernées, leur sensibilité, leur usage et les limites de ces usages. Avec une constante : que la grille de lecture soit technique, organisationnelle, juridique ou métier, elle requiert une approche transversale.