Cross-mobility shopping, le Shazam des achats impulsifs !

08/02/2017, publié par Grégory Krumm
Homme prenant une photo dans une gare

Se promener dans la rue, tomber en pâmoison devant une jolie veste, la scanner avec son mobile, payer en quelques clics, voilà l’expérience que permet le cross-mobility shopping… À mi-chemin entre le magasin physique et l’e-boutique, ce parcours d’achat innovant transforme les affiches, vitrines interactives et murs shopping en nouveaux espaces de vente. Faisant de la ville entière un possible centre commercial à ciel ouvert.

Adieu frustration !

Nomade, hyperconnecté, multi-tâche, le shopper veut tout, tout de suite. Seulement voilà, les modes de vie actuels limitent le temps disponible pour aller flâner en magasin… Il existe pourtant une solution, encore peu adoptée : taguer le QR code d’un article sur l’affiche d’un abribus ou la publicité d’un magazine pour accéder à un portail d’achat sur lequel finaliser sa commande. De quoi abolir la contrainte spatiale et multiplier les opportunités d’achat plaisir à la volée. Pour les marques, le gain est double : augmentation du chiffre d’affaires et renforcement de leur désirabilité…

L’intégralité de l’article, c’est ici.

Un canal protéiforme

L’affiche publicitaire n’est qu’une des nombreuses possibilités du cross-mobility shopping. Petit tour d’horizon des dernières technologies…

  • Le mur shopping. Véritable supermarché digital, il permet de faire ses courses dans la rue ou en attendant le métro. Le consommateur sélectionne les produits présentés virtuellement en les scannant avec son smartphone. Il n’aura plus qu’à attendre la livraison de son panier à domicile…
  • Les vitrines interactives. Plus besoin d’entrer dans la boutique ! Le shopper se place face à la vitrine, essaie vêtements et accessoires dans le miroir virtuel. Le magasin reste ainsi ouvert 24h/24, 7j/7.
  • Les médiathèques virtuelles. En 2015, la SNCF a testé dans les TER du Languedoc-Roussillon une bibliothèque embarquée permettant aux clients munis d’un mobile ou d’une tablette de télécharger des livres numériques. Soixante titres étaient disponibles.
  • Le « Shazam shopping ». Adieu le QR code ! Il suffit au shopper de photographier un article pour que le mobile l’identifie. L’application française Fashion Maker, par exemple, reconnaît les tenues portées par des stars et permet de commander les produits dans la foulée.

Pour en savoir plus, c’est .

Des expériences convaincantes

L’enseigne Tesco a testé dès 2011 le mur shopping à Séoul. Résultat : un chiffre d’affaires online en hausse de 130 % et un fort impact en termes de communication. En France, Le Comptoir des cotonniers a lancé au printemps 2014 une opération de « fast shopping » en transformant abribus, magazines, sets de table, cartes postales en boutiques éphémères. La marque de prêt-à-porter qui avait déployé 10 000 points de vente virtuels a renouvelé l’opération six mois plus tard. Le cross-mobility shopping, qui apporte une réponse agile aux achats d’impulsion, a indéniablement de l’avenir…

Tous les détails ici.