Vers une uberisation de la chaîne logistique ?

27/10/2015, publié par Alain Simon
logistique urbaine

Les difficultés d’accès aux centres urbains, les réductions de circulation pour les poids lourds, la lutte contre la pollution et les attentes de proximité des internautes ont mis la chaîne logistique face à un problème de taille : comment délivrer toujours plus vite dans des zones de plus en plus contrôlées ?

Pour répondre aux défis posés par le « dernier kilomètre », les acteurs du marché ont dû faire de vrais efforts de créativité.

Depuis quelques années, nous assistons en effet à la création d’une nouvelle activité au sein des opérations logistiques : la logistique urbaine ou logistique du dernier kilomètre. Vous vous imaginez sans doute les gourous de la logistique en train de créer des entrepôts en centre urbain, au cœur de nos villes déjà très polluées ? Et bien vous n’êtes pas très loin de la vérité.

Logistique urbaine et innovation

Tout est lié aux trigrammes : établissements logistique urbains (ELU), centre de distribution urbain (CDU), SMS de prise de rendez-vous, ou aux solutions partagées : consignes ou points relais.

Désormais, la livraison a acquis ses lettres de noblesse. Le camion et le chauffeur toujours en retard ont laissé leur place à des moyens sophistiqués et beaucoup plus adaptés aux attentes des clients  que nous sommes.

Parmi les exemples d’innovation, le drone semble attirer beaucoup d’acteurs de la livraison et pas uniquement des logisticiens. Ainsi l’arrivée d’une expérimentation de livraison par drones par Amazon dans les prochaines années est une piste qui pourrait mettre un terme à la notion de véhicules de livraison.

E-commerce oblige, il n’y a pas que l’entrepôt qui s’est transformé : la distribution a franchi une grande étape le jour où les centres villes sont devenus des espaces aux accès restreints. L’entrepôt urbain ou le CLU, le CDU ou l’ELU sont au cœur des villes, tantôt dans un parking, tantôt dans un espace dédié, mais ce qui compte avant tout c’est la précision, le créneau horaire et la flexibilité des moyens mis en œuvre. Parmi les acteurs actifs du marché, Chronopost a récemment ouvert son 5ème établissement de livraison urbain et envisage d’ailleurs de l’ouvrir à d’autres acteurs !

Les acteurs ne manquent pas mais le modèle économique reste encore à stabiliser. C’est du volume et de la mutualisation des moyens que viendra la rentabilité.

Il y a désormais de l’innovation dans nos chers camions de livraison, et les camions deviennent petit à petit des tricycles, des véhicules électriques, et bientôt des coffres de voiture si j’en crois les dernières innovations des Uber de la livraison outre-Atlantique.

C’est au final de l’économie du partage appliquée au transport urbain que pourrait venir la plus grande « (r)évolution du transport » !