« L’Uberisation » : menace ou opportunité ?

11/02/2015, publié par Valérie Gryson
Uberisation

Maurice Levy, patron de Publicis expliquait dans une interview au Financial Times que les marques craignent de plus en plus de se faire « uberiser », crainte que l’on retrouve par exemple chez les hôteliers avec Airbnb.

« L’Uberisation » est finalement l’évolution logique d’un marché où le consommateur prend un rôle prépondérant : c’est lui qui décide désormais si un produit est bon ou non grâce aux avis clients affichés par les sites marchands ou par des sites tiers comme Tripadvisor.

Uberisation : qu’est-ce que ça change ?

Les consommateurs étaient déjà largement avertis et impliqués dans leurs relations avec les marques, il ne restait finalement plus qu’un pas à franchir pour qu’ils travaillent sous leur étendard. C’est désormais chose faite avec Uber qui permet à des non-professionnels d’entrer dans le business du taxi. Cette ouverture, perçue comme une « déprofessionnalisation », est bien la crainte principale des industries « installées » qui voient ainsi leur métier parfois dévalorisé, et les règles qui régissaient leurs communautés bafouées.

La puissance du phénomène Uber c’est ensuite le développement à grande vitesse du réseau, sa professionnalisation et une viralité du concept qui lui offre rapidement la notoriété d’une grande marque.

Une fois ce constat posé, que peuvent faire les marques pour agir face au rapide déploiement de l’uberisation ?

Tout d’abord ne pas ignorer le phénomène Uber et plus globalement la tendance de fond de l’économie collaborative. Cela signifie oser faire entrer le consommateur dans la stratégie de la marque, et analyser les données pour lui offrir ce qu’il veut (sinon il ira le chercher ailleurs).

Ensuite, remettre en cause le modèle établi et se poser les bonnes questions :

  • Que veulent mes clients ? Donnez-leur la parole. Les QR-codes dans les gares, les magasins, les bureaux de postes se multiplient. Analysez et remontez les questions des consommateurs au plus haut niveau stratégique de votre entreprise. Ecoutez ce qu’ils ont à vous dire, même si cela va à l’encontre de votre stratégie. Le client a raison !
  • Comment offrir le bon produit à chacun ? Si vous ne pouvez pas réaliser des produits adaptés pour chaque utilisateur, élargissez votre assortiment en ouvrant votre réseau de distribution aux concurrents. À l’instar de La Redoute, Cdiscount ou Zalando par exemple, devenez une marketplace et diversifiez ainsi votre source de revenus.
  • Qu’est-ce que ma marque apporte « en plus » ? Ces réseaux, à l’origine « amateurs », ne maitrisent peut-être pas vos services et vos niveaux d’exigence. Les grandes marques ont souvent un capital confiance fort. Uber ne permet pas de réserver un taxi à l’avance ? Vous si !
  • Comment créer un réseau de consommation collaboratif ? Impliquez les consommateurs en leur demandant leur avis et en leur permettant de le partager via les réseaux sociaux. Laissez-les comparer votre offre à celle de vos concurrents « amateurs ». Repérez les bonnes idées et appliquez-les ! Ne soyez plus un intermédiaire mais devenez un facilitateur d’accès à votre offre, vous attirerez ainsi de nouveaux utilisateurs et vous deviendrez « The place to buy » !