Sommes-nous prisonniers du big data ?

02/11/2015, publié par Valérie Gryson
analyse prédictive big data

Il y a quelques jours, Raphaël Enthoven expliquait sur Europe1 le risque des technologies prédictives qui enfermeraient les humains dans des cases. Une personne n’ayant écouté que du rap et du hip-hop ne pourrait ainsi jamais se voir proposer une symphonie ou un opéra ?

Analyse prédictive et big data

En effet, les outils de recommandation sur internet, qui se basent sur des profils similaires ou sur notre expérience passée, nous classent dans un segment et nous proposent des produits qui devraient nous plaire grâce à une analyse prédictive.

Il est vrai que la fameuse recommandation d’Amazon « les personnes qui ont acheté ce produit ont également acheté tel autre produit » est souvent pertinente. Elle s’enrichit au fur et à mesure de l’analyse de nombreux comportements utilisateurs.

Mais sommes-nous si prévisibles ? Appartenons-nous systématiquement à un segment calculé ? Avons-nous envie de rester dans ce segment ad vitam aeternam ?

Les limites de l’analyse prédictive et big data

Cette approche semble bien réductrice et effrayante. En effet, oublier l’aspect imprévisible de l’homme, le changement de goût, l’influence des rencontres, la sérendipité, c’est oublier que c’est bien souvent cet imprévu qui nous stimule et nous guide malgré nous dans la vie.

Le big data aurait-il pu proposer à l’homme de marcher sur la Lune ? À Christophe Colomb d’aller découvrir l’Amérique ?

L’utilisation du big data prévoira un jour peut-être l’imprévisible mais en attendant, l’intervention humaine, les découvertes fortuites, les rencontres et la curiosité sont l’essence même de l’être humain. Reste que nous fassions encore l’effort de vouloir sortir des classifications, de notre zone de confort et nous différencier de nos clones !