Decathlon d’Englos : 22500 articles et zéro stock

22/02/2016, publié par Grégory Krumm
Decathlon d’Englos, 22500 articles et zéro stock - Ça nous a bluffés

L’enseigne de sport confirme son appétence pour les innovations tirant parti des technologies numériques. Après avoir déployé en 2014 le « click and collect » dans la totalité de ses 282 magasins en France, Decathlon teste un nouveau concept pour le moins novateur : le mobistore Decathlon est une surface de vente où la totalité de ses produits est présentée, mais juste pour commander. Ici, on visualise, on touche, on essaie, on achète… mais on repart les mains vides. Le mobistore Decathlon correspond à une nouvelle forme de showroom continu, en somme, dans la logique de sa politique omnicanale.

Cette expérimentation est proposée sur le site historique du tout premier magasin Decathlon, à Englos, près de Lille. Le mobistore Decathlon présente les 22500 références de l’enseigne… sans stock. Smartphone en main, les clients évoluent dans les rayons du magasin et scannent à l’aide de l’application à télécharger, Decathlon Scan, les articles qui les intéressent parmi toutes les références disponibles pour les ajouter à leur panier virtuel. Et les clients dépourvus de téléphone mobile ne sont pas oubliés : on leur en prête un à l’entrée du magasin. Arrivés en caisse, ils valident leur panier, choisissent leur mode de livraison et de paiement.

Mobistore Decathlon
Crédit photo : Decathlon

Le mobistore Decathlon : un mix parfait entre la vente physique et digitale ?

Assurément une réponse aux attentes de clients souhaitant toucher le produit et qui rechignent à payer en ligne, pour des questions de sécurité. Autres « plus » de la formule : avec le mobistore Decathlon, les produits sont 10 % moins chers que dans les points de vente classiques, l’absence de stock permettant de pratiquer des prix plus bas.

L’acheteur y gagne aussi en termes de délai de livraison. Il peut récupérer sa commande au magasin dans la journée si elle est passée avant 11h ou le lendemain matin dans le cas contraire – contre 2 à 3 jours plus tard dans un point de vente classique. Autre impact non négligeable : alors que la charge de travail logistique représentait la moitié du temps de travail des employés du magasin, celle-ci se trouve ainsi réduite, ce qui leur permet de s’investir pleinement dans leur rôle de conseillers. CQFD.

Crédit photo : Vertone.com